Là où rêve et espoir sont brisés.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Deux en un.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
avatar

Invité



MessageSujet: Deux en un.   Dim 5 Jan - 2:31





Dïl & Kaar'Juk

« Elle était blanche. Il était noir. Mais des touches de gris sont apparues. »


SURNOM : Dame Blanche, Grand Corbeau, Deux Âmes.
ÂGE : Plusieurs années.
GENRE : Femme ou Homme.
ORIENTATION : Hétérosexuelle pour elle, non-défini pour lui.
RACE : Ath.

CASTE : Sans-caste.
ORGANISATION: Citoyen ("Citoyen" pour un ancien esclave, je trouve cela très ironique, toujours).
ALLIANCE : Neutre.
MÉTIER : Vagabond(e).





DONS :

Kaar'Juk → Sphère d'obscurité (capacité de "placer" une sphère dont est absente toute lumière, d'une durée de quelques minutes, sur un élément vivant comme mort).
Dïl → Calme (dans un rayon de quelques mètres autour d'elle, toute pulsion violente est complètement inhibée).

FAVEUR DE LA ROSE :

Projection astrale (possibilité de quitter en esprit son corps).

Remarque : Autrefois, que l'un se projette laissait le corps endormi. A présent, deux esprits éveillés en même temps habitant un seul corps, que l'un l'abandonne pour se projeter, et l'autre en prend possession aussitôt. Cela vaut parfois une transformation subite.

MAGIE :

Ils sont deux : Dïl et Kaar'Juk. Et pourtant, il n'y a qu'un corps. Et jamais n'est vu ni entendu l'un quand il y a l'autre. C'est une magie qui leur fut imposée. Les liens, qui maintiennent deux êtres qui eussent sinon possédé chacun un corps. Mais ils n'en ont qu'un. Alors... Il Le blanc devient noir, ou le noir devient blanc. Le grand devient petite, la petite devient grand. C'est un processus non sans douleurs, mais rapide... Car vital. Il n'est pas question ici de "puissance", de "durée". L'un devient l'autre, ou vice-versa. C'est davantage une question de volonté que d'énergie.

Qui abandonnera, ou laissera la place à l'autre ?

Possession. Abandon.



AUTRES :

Dons : Chacun a son/ses dons, et ne peut utiliser celui/ceux de l'autre.
Blessure : Les blessures ne disparaissent pas d'une forme à une autre. Que l'un soit blessé, et l'autre le sera aussi. Assommer Kaar'Juk (c'est celui qui en donne le plus envie) ne fera pas apparaître Dïl. Le premier sera inconscient, la deuxième prisonnière d'un corps malmené.




CARACTÈRE



Dïl était douceur. Kaar'Juk était violence.
Dïl était patience. Kaar'Juk était impatience.
Dïl était attentive. Kaar'Juk était distrait.
Dïl était compassion. Kaar'Juk était moquerie.
Dïl était silence. Kaar'Juk était rire.
Dïl était réflexion. Kaar'Juk était folie.
Dïl était fidèle. Kaar'Juk était infidèle.
Dïl était vérité. Kaar'Juk était mensonge.
Dïl était clémente. Kaar'Juk était implacable.
Dïl était vérité. Kaar'Juk était mensonge.
Dïl était respect. Kaar'Juk était curiosité.
Dïl était confiance. Kaar'Juk était méfiance.
Dïl faisait face. Kaar'Juk fuyait.

Elle était seule. Il était seul.
Elle est Dïl. Il est Kaar'Juk.

Mais à présent que la barrière est tombée, qu'ils ont réalisé qu'ils sont deux... Chacun empiète sur les actions, les réflexions de l'autre, par la communication. Il est donc possible de la voir elle, ou de le voir lui, parler dans le vide... Tout bonnement parce que les autres n'entendent pas être qui veille au cœurs  de ce corps aux deux apparences bien distinctes. A présent qu'ils ont conscience de l'autre, il leur faut collaborer : deux esprits; un corps;  une vie. Et cela, Dïl comme Kaar'Juk l'ont compris.



PHYSIQUE


Elle, n'est que féminité, blancheur, fragilité. Un corps de femme mur au regard d'obscurité. Pour seule chevelure, un drapé plan enveloppant aussi ses épaules (nul tissus, mais de la peau). Dïl est petite, un mètre quarante, malgré des proportions aussi valable qu'un panael de plus grande taille. Elle parait plutôt une miniature... Mais il lui semble grandir davantage maintenant que leur maître n'est plus. Son corps nu et parfaitement lisse semble plutôt celui d'une poupée de porcelaine... Aucune musculature développée, mais des formes rondes et pleines. Elle va d'une démarche assurée et gracile. Ses gestes sont empreints d'une douceur naturelle, tandis que ses yeux, sa bouche, son visage sont ceux d'une mère, d'une grande sœur, attentionnée et sans violence. Ses traits ne se sont guère tordus sous l'effet de la colère ou de la haine, aussi sont-ils peu marqués. Non, ces émotions violentes appellent plutôt Kaar'Juk a remonter à la surface. Et là où Dïl évoque une féminité familière, l'autre semble issu d'un mauvais rêve.

Une grande ombre, un grand corbeau qui darde sur le monde un regard de grenats obscurs, petits et méchants. De ses deux mètres cinquante, ses bras repliés contre son corps, il impressionne, et effraye par son long bec fin, dont ses "semblables" plus petits se servent pour arracher des yeux à des corps sans vie. Mais qu'il ouvre ses ailes, et c'est un squelette de plumes noirs aux reflets changeants, d'une grande envergure... Assez pour voler. Assez pour s'enfuir à tir d'ailes... Assez pour fondre sur un être, et lui planter ses serres dans le crâne, ou encore lui saisir cruellement les épaules, bien qu'il n'ait la force que de soulever des enfants. Ou alors, de petits adultes. Sa démarche est sautillante, alors qu'il se courbe, dardant les serres de ses mains vers l'avant. Sa voix est croassante, claquante et vile, moqueuse à l'envie et sans les contraintes que lui imposerait le respect d'autrui. Mais c'est lui que le danger fait surgir. Le danger, la menace. Il ne dorlote personne, agresse de diverses manières, ou disparaît simplement. Dans l'obscurité invoquée, de puissants battements d'ailes... Et le Grand Corbeau s'enfuit sans honte, raillant plutôt l'agresseur cloué au sol.



HISTOIRE


Ils n'avaient ni noms, ni forme. Ils n'avaient ni souvenir, ni personnalité. Seulement une volonté. Et la magie qui opéra éveilla celle-ci, alors que leurs deux êtres étaient poussés à une union contre-nature. Les deux entités luttèrent, avec pour seul soutien cette intime conviction qu'ils n'avaient pas à faire ce qui leur était intimé : être un. Puisqu'ils étaient deux, ils n'avaient pas à l'être. Mais la magie faisait pression, et bientôt les manipula au cœur même de leur conscience : soyez un. Leur volonté inhibée, endormie, plongée dans un doux sommeil, il n'y eut plus de bataille. Durant une création soudainement apaisée, ces deux créatures fusionnèrent... Et leur maître choisit de leur faire oublier une importante vérité : celle qu'ils étaient deux.

◘ ◘ ◘ ◘ ◘

Dans l'immense chambre, au sol parcouru de jouets magnifiques, la petite panael court en riant. A peine éveillée, pleine d'énergie. Dïl est là qui la poursuit avec un doux sourire, tâchant de suivre le rythme effrénée de la petite avec son seul mètre de haut. La 'princesse' des lieux ne veux pas encore s'habiller : ce n'est pas l'heure, elle veut jouer ! Alors l'ath finit par s'arrêter, et annonce simplement que monsieur son père désire la voir. Avec un cri de joie, la petite cesse aussitôt, file par une armoire avant d'accourir, les bras chargées de robes diverses. Laquelle est la plus belle ? Laquelle fera le plus plaisir à père ? La réponse est évidente, et Dïl l'aidera bien sûr : toutes les essayer pour savoir.

Quand enfin la jeune panael est prête, elle et 'sa' ath quitte la chambre... Dïl est surprise : aucune servante ne les attend dans le couloir. Observant, elle distingue une silhouette, droite, à plusieurs mètres. Vêtue de noir, au visage caché.

Qui êtes vous monsieur ? demande l'ath intriguée.

Elle ne comprend pas qu'il encoche soudainement une flèche dans l'arc - aussi sombre que lui - et les vise. Relâche la corde. Dïl ne peut voir la distance parcourue, mais elle entend le sifflement. Le danger imminent qui fusent sur elles deux. Dans un chaos d'obscurité, elle enlace la panael avant que sa silhouette ne se trouble, noircisse, et n'emplisse soudainement tout le couloir alors que l'enfant pousse un cri de stupeur. Ma flèche s'enfonce dans un globe que ne traverse nulle lumière. Un hurlement strident. L'assassin s'élance aussitôt alors qu'il entend un bruit de course, et les petits cris de la petite. Aveugle un instant, l'homme 'ressort' de la sphère, toujours dans le même couloir... Juste à temps pour voir une masse noire tourner plus loin. Mais la perte de vue n'est pas importante : il n'a qu'à suivre la traînée de sang, et les quelques plumes noires abandonnées.

Bien mauvais coureur avec ses serres, le grand ath ne s'y emploie pas moins, tout en pestant contre son fardeau de froufrous. Au moins la gamine ne gigote plus comme autrefois ! Mais cela ne lui est pas moins enrageant : une fenêtre, une fichue fenêtre ! Saleté de couloir ! Et cette flèche qui lui fouille le flanc à chaque pas qu'il fait ! Ce crétin de maître aura intérêt à lui donner ce qu'il voudra pour ça ! De la viande, encore et encore... Cela fait si longtemps... Il ne se souvient même pas quand il en a mangé pour la dernière fois... Kaar'Juk peste alors que ses serres se plantent dans le bois tandis qu'il veut défoncer une porte. Il y parvient, non sans que la stupide fillette gueule. L'ath s'écrase alors dans le bureau du maître, prêt à l'invectiver pour sa douleur... Il ne prête même pas attention aux soudains piaillements d'horreur de la petite fille, alors que "Monsieur son père" les regarde, du mur où une flèche en pleine gorge l'a planté.

L'ath ne s'intéresse pas au pourquoi : l'assassin arrive. Kaar'Juk veut juste s'enfuir, et exulte en voyant la grande baie vitrée du bureau : si pratique ! Aussi s'élance-t-il comme il peut. Le verre vole en éclat sous la poussée brutale de l'un de ses grands bras. Devant le trou béant sur l'obscurité du dehors, le Grand Corbeau juche la petite sur son dos - qu'elle s'accroche au lieu de pleurer cette idiote ! - et s'élance de plusieurs bonds. Ses ailes s'offrent au vent frais... A l'extérieur, enfin, là où cet saleté d'assassin ne pourra... ! Un sifflement dément sa pensée, un coup brusque. Un hoquet. Mais je n'ai rien ! Raté, imbécile ! Si ce n'est qu'un petit poids glisse soudainement de son dos. Avec stupeur, il voit la fille lui échapper... Il la rattrape négligemment. L'inconfort de ses serres lui passera. Ou pas, constate-t-il alors qu'un sang chaud coule sur sa pâte. Survolant la cité endormi, l'ath lorgne avec avidité le corps bientôt sans vie. Ma viande, ma viande, je l'aurais... Faite maison hihi... C'est sans compter ses paupières qui s'alourdissent, son corps qu'il perçoit de moins en moins. Quelque chose dans flèche de...

Peu à peu, ses ailes cessent de battre... Ses serres s'ouvrent sur la fillette morte, dont il ne remarque même pas la chute. Il perd doucement de l'altitude. Envie de me poser... Le contact des tuiles contre lesquelles il s'écrase lui fait mal. N'ayant plus le contrôle, il hoquette à chaque roulé... Avant de tomber à nouveau... Puis de perdre conscience au choc suivant.

Quand il revient à lui, le fait qu'il bouge déjà lui est incompréhensible. 'Il' avance dans une ruelle sombre. La douleur est toujours là... Mais quand 'sa' main se porte à 'son' visage... Kaar'Juk ne comprend pas qu'elle soit blanche et humaine. Et d'ailleurs, pourquoi semble-t-il si petit ?

~ C'EST QUOI CA ?
~ Où est la petite... Et Monsieur... ?

Cette petite voix si faible et désespérée... Mais d'où vient-elle ?! Le Grand Corbeau se terre dans un coin de la ruelle... Enfin, c'est ce qu'il comptait faire. Sauf qu'il ne fait que continuer doucement d'avancer. Et sent des larmes couler sur son visage. Choc.

~ Je pleure ? Mais je n'ai pas envie de pleurer !
~ ... Qui es-tu ? Où es-tu ?
~ Et depuis quand j'entend des voix ? Et surtout, pourquoi une voix comme ça ? Faible, stupide à n'en pas douter...
~ ... Où es-tu ?

Il s'arrête enfin... Et regarde autour de lui. Sauf qu'il n'avait pas pensé le faire. Non vraiment, la vue qu'il a lui fait dire qu'il est beaucoup trop petit. Ce n'est pas normal.

~ Je suis tombé, et puis... Je comprend pas. Pourquoi je ne bouge pas comme je veux ?
~ Saurais-tu où se trouve ma maîtresse ? Et son père ? Je crois... Que je me suis perdue. Je ne sais pas ce que...
~ Tais-toi, tu m'empêches de penser, voix stupide !
~ ... L'inverse est vraie.
~ Quoi ?!
~ Réponds-moi je te prie. Je suis Dïl. Je sers le seigneur...

Le nom laisse Kaar'Juk pantois. Qu'est-ce que cela veut dire ? Ce seigneur ? Son fichu maître ? Mais comment peut-elle ... ?!

~ Tu le connais !
~ Bien sûr, c'est lui qui m'a créé, idiote ! Et puisque tu es si bien renseignée, arrêtes de me déranger...
~ Je ne sais toujours pas où tu es.
~ Mais je suis moi ! En moi ! Même si je ne comprend pas ce que j'ai aujourd'hui. Petit, bizarre, tout blanc... Ce crétin...
~ ... Tu es en moi.
~ ... M'aurait fait quelque chose parce que...
~ ... Tu es en moi !
~ ... Sa petite a crevé. Qu'est-ce que tu as dit ?!

Soudainement, le silence... Puis une tristesse qui surgit d'il ne sut où. Stupéfait, il se débattit, la rejeta de tout son être en hurlant... Et il hurlait bien, de sa voix stridente. Et cela vint tirer sur sa plaie - bon, déjà il n'avait plus de flèche dans le corps -. Surpris, il se plongea dans une sphère de ténèbres par précaution. Ne comprenant absolument pas ce qui s'était passé. Un rêve, un délire ... ? Mais la voix sanglotante de Dïl qu'il percevait encore démentit cet 'espoir'.

~ Arrêtes de pleurer, imbécile. Dis-moi plutôt ce que tu sais !

Elle ne répondit pas, toute entière à son chagrin. Et pourtant, le Grand Corbeau sut : elle était aussi égarée que lui. Et ce qu'il ne comprenait pas davantage, est qu'il percevait sa présence. Comme un deuxième cœur battant au même rythme que le sien.

~ Nous sommes deux...

Et l'un comme l'autre surent que cela était vrai.

◘ ◘ ◘ ◘ ◘

Ainsi ils se découvrirent. Jamais seuls dans les ruelles, hantant ses dernières, s'y dissimulant bien souvent... Alabrana, Mydalys, même Nereyan, le Grand Corbeau va là où le portent ses ailes... Ou l'esprit tendre de Dïl, qu'il invective sans parvenir à la dévier. Sans maître, sans but si ce n'est être libre. Redoutant les gardes, protégeant les rejetons sans parents (que Kaar'Juk enrage quand Dïl joue les mère poule !), ils n'ont pas trouver leur place, mais la cherche... Ensemble.


DERRIÈRE L'ÉCRAN




CODE : (De mémoire) Je dois donner un pot de nutella au staff.
PRÉSENCE SUR LE FORUM ? : Passe régulièrement, temps de réponse variable.
COMMENT AVEZ-VOUS DÉCOUVERT LE FORUM ? : Une fillette qui n'obtiendra rien de moi :D
AUTRE CHOSE A DIRE ? : Je vais bien finir par réussir à me poser *grommelle*.





Dernière édition par Dïl & Kaar'Juk le Dim 2 Fév - 11:10, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité



MessageSujet: Re: Deux en un.   Dim 2 Fév - 9:33

Coucou ^^

Est-ce que tu as bientôt fini ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité



MessageSujet: Re: Deux en un.   Dim 2 Fév - 11:01

Par particulièrement envie de rallonger, donc on va dire que oui *A assez trainé comme ça /PAN/*

Fiche terminée °^°
Revenir en haut Aller en bas
avatar

JOURNAL DE VOYAGE

Alliance : Neutre.
Capacité & Magie:
Relations :


Messages : 165
XP : 220
Ici depuis le : 12/12/2013
Couleur Dialogue : #0099cc & center

Date de naissance : 02/12/1996

MessageSujet: Re: Deux en un.   Mer 5 Fév - 22:42

C'est avec plaisir que moi, modérateur, je vous donne ma voix.
Vivement vos futur rp, je vous laisses au main des admins.

Bienvenue =)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

JOURNAL DE VOYAGE

Alliance : Impériale
Capacité & Magie:
Relations :

Lame de la Divine


Messages : 276
XP : 207
Ici depuis le : 04/09/2013
Date de naissance : 25/07/1993

MessageSujet: Re: Deux en un.   Dim 9 Fév - 13:39

Coucou !

Tout d'abord, excuse moi pour mon retard inexcusable. Je trouve ta fiche très bien faite, j'espère que cette fois tu seras à l'aise avec ce personnage ^^

Je te donne ma voix !

"25" XP offerts.

Tu peux donc aller demander un Rang personnalisé ici ainsi que faire une demande de RP ou répondre à l'une d'elle en ces lieux, sans oublier de remplir ton Journal Personnel que tu trouveras dans ton Profil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://neraclyan.forumactif.org/
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Deux en un.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Deux en un.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Duerena, les Roses de Sablovent :: Rose du Destin :: ☽ Fils des Destinés ☾ :: Crypte-