Là où rêve et espoir sont brisés.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Quête] La statuette maudite

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

JOURNAL DE VOYAGE

Alliance : Neutre
Capacité & Magie:
Relations :

Le Rôdeur Borgne


Messages : 61
XP : 121
Ici depuis le : 29/09/2013
Date de naissance : 23/06/1993

MessageSujet: [Quête] La statuette maudite   Lun 14 Oct - 14:58

L’atmosphère était tendue, la tension était palpable, la sueur commençait presque à perler en raison de la difficulté de la chose, je m’étais bien défendu jusque là mais ce n’était pas suffisant. Même si le visage de mon adversaire était lui aussi fortement crispé par sa concentration, il était en meilleure posture que moi, il savait mieux gérer le problème que moi bien que je sois un adversaire de taille pour lui. Mais la situation ne pouvait pas être si désespérée, il y avait forcement une solution, une échappatoire, quelque chose qu’il n’aurait pas suffisamment prévu, je fixa très attentivement ce que j’avais devant moi et mon adversaire, je regarda aussi ce qui avait était fait jusque là ce que j’avais réussi a prendre chez l’adversaire et ce qu’il me restait. Ce n’était pas encore un échec. J’estimai tous les mouvements possibles et fis le plus pertinent, à priori comme ça, il ne sert pas a grand-chose sinon à me rapprocher de lui mais il serait suivi de deux autres coups qui mettraient fin à tout ça. Mais pour le moment je regardais sa réaction, il ne sembla pas prêter attention à ce que je venais de faire, qui pourtant risque de lui couter la victoire, il ne fit qu’avancer pour préparer une attaque afin de passer par le coté que je défends le moins bien. Tant pis pour lui il n’aura pas le temps de faire grand-chose ce sera fini en deux coups. Je fis donc le premier de ces deux coups et me positionna cette fois pour feinter une attaque prochaine, alors que j’attaquerais par un autre coté. Voyant que je me basait pour le frapper, il me regarda, puis je senti toute la tension qu’il avait accumulé se relâcher et il me sourit avant de m’annoncer sa victoire.

- Bien joué mais tu as un coup de retard l’ami. Je place maintenant ma tour ici et j’annonce Échec !

- Hein ? Et zut je n’avais pas vu ça comme ça, mais attends, je place mon fou comme ceci et c’est bon.

- Et Mat ! Tu oublies le cavalier que je venais de positionner le tour d’avant.

- Oh punaise… Bon bah j’ai perdu, bien joué, félicitation.

- Ah toi aussi. Repasse quand tu veux pour la revanche.

- Compte là dessus mon gars.

Après une poignée de main, je laissai la place à d’autres joueurs voulant défier le champion du jour de la taverne et je sortis de celle-ci pour aller prendre l’air dans les champs.

Il faisait plutôt bon et une petite brise permettait d’éviter de griller au soleil. La lumière venait taper contre les épis de blé qui doraient les environs. Dans quelques autres champs les moissons venaient d’être faites et les laboures étaient en cours pour pouvoir replanter une nouvelle récolte. J’avançais sur les chemins en frôlant de la main les blés qui les bordent. Je fini par m’arrêter sous un arbre dans un petit verger, je me reposai une petite heure. Ornlu sortit des ombres et se posa juste à coté de moi pour faire une sieste. Après ce petit temps de pause je me mis à l’entrainement, parce que même si on a beau pratiquer en direct pendant qu’on bosse si on ne s’entraine pas on risque de perdre un peu quand même. Je sortis donc mon sabre et commença par quelques échauffements avant d’entamer des séries de mouvements de plus en plus complexes. La lame fend l’air de plus en plus vite sifflant à chaque mouvement. Le temps passa assez vite et je commençais à imaginer être entouré d’adversaires afin d’essayer de m’entrainer comme si c’était dans la réalité. Ça reste différent mais ça peut s’en rapprocher suffisamment quand même.
En milieu d’après midi, je me remis à déambuler dans les champs. Après quelques minutes de marche j’aperçus un entassement de charognards dans un champ dont les laboures n’étaient pas terminées. Je m’approchai pour voir ce qui attirait autant de piafs et découvris une main coupée dans les sillons de la terre. A première vue le pauvre homme n’a pas du perdre sa main il y a longtemps vu que le sang autour était relativement frais. La main était visiblement refermées sur quelque chose, je la retournai donc pour voir ce qu’elle tenait. Il s’agissait d’une statuette en pierre de couleur sombre et semblait représenter se qui s’apparente à un animal, en un peu plus effrayant. J’essayai de dégager la statuette de la main pour l’observer plus attentivement mais celle-ci ne voulait pas la lâcher. Pourtant il était trop tôt pour que la main n’ait atteint le stade de rigidité cadavérique. Je fini tant bien que mal à la retirer de l’étreinte de la main coupée. Après une inspection plus profonde, malgré sa couleur et sa représentation plutôt apeurante elle ne semblait rien avoir de particulier, alors pourquoi un homme aurait perdu une main pour cette statuette, si quelqu’un lui a coupé pourquoi il n’a pas prit l’objet ? Et si personne ne lui a coupé, c’est qu’il a fait ça volontairement, mais dans ce cas pourquoi, il n’avait qu’à jeter la statuette plus loin ?

- Oh non, ne me dit pas que…

Ce que je venais de penser me frappa alors comme un boulet, je tentai de lancer l’objet mais alors que ma main chercha à le lâcher mes doigt firent le contraire et se resserrèrent d’eux même. Impossible de la lâcher que ce soit volontairement ou non, ce qui explique que le malheureux qui l'a tînt avant moi dût se couper la main. Bon du coup maintenant c’est moi qui étais piégé par cet objet moche et encombrant. Mais comme je tiens à ma main il me fallait en savoir plus sur cet objet, je devais trouver mon infortuné prédécesseur et savoir ce que lui sait de tout ça. Ce n’était pas trop compliqué de savoir où il est allé puisque qu’avec une main coupée il a laissé des gouttes de sang tout le long de son trajet. Je suivi donc la piste jusqu'à la demeure du pauvre estropié et je frappai à la porte.

- Excusez-moi, est-ce que le maitre de maison est ici ?

La porte s’ouvrit sur l’homme que je cherchais, son bras entouré par un bandage. Il avait un teint pâle et semblait plutôt mécontent et fatigué de tout ce qu’il se passe aujourd’hui, ce qui était plus que compréhensible. Toutefois je devais savoir ce que lui pouvait me dire de toute cette affaire.

- Que me voulez-vous, je n’ai ni le temps ni l’humeur de recevoir qui que ce soit.

- Oui je n’en doute pas, et je m’excuse de vous déranger surtout après ce qu’il vous est arrivé.


- Et comment pourriez-vous savoir ce qu’il met arrivé, à supposer qu’il me soit arrivé quelque chose aujourd’hui.


- Parce que j’ai trouvé votre main dans le champ que vous avez laissé pour le moment. Et bien que je doute que vous ne voulait plus en entendre parler je voudrais savoir ce que vous-même savez à propos de ce que votre main tenait encore après que vous l’ayez coupée. Et qui par malheur pour moi, se trouve maintenant… dans la mienne.

Le paysan me regarda un instant comprenant ce qu’impliquait ce que je venais de dire, je le vis pâlir encore un peu plus ce qui était assez exceptionnel tant sont teint était proche de celui des vampires. Mais la pâleur vira rapidement au rouge colère.

- Je ne peux rien vous dire sur cette chose maudite si ce n’est que je l’ai trouver en labourant le champ et que je n’ai pu m’en débarrasser qu’en me coupant la main. Maintenant quittez immédiatement mes terres avec votre malédiction avant que je ne décide de vous empaler sur une fourche !

- Merci quand même pour votre aide…

Je n’avais que prononcé ma phrase dans le vide puisque le fermier avait déjà claqué sa porte. Il ne me restait plus qu’à faire demi-tour et réfléchir à comment me libérer de cette statuette. Je retournais donc dans le champ où j’avais trouvé la main coupée pour voir si je n’avais pas loupé un élément quelconque qui pourrait m’aiguiller.
Après plusieurs minutes de recherche je n’avais rien trouvé d’intéressant, à part des cailloux. Je retournai donc vers Orn qui devait encore ronfler dans le verger. Je faillis trébucher sur une motte de terre juste à la sortie du champ.

- Allons bon c’est nouveau, ça j’ai passé plus d’une demi-heure dans un champ plein de mottes de terre et c’est sur le dernier juste en sortant que je trébuche, faut le faire quand même.


Bon après avoir passé cette motte de terre je repris le chemin. Le verger n’était pas loin du tout, en deux petites minutes j’y étais. Sauf que j’aurais mieux fait de ne pas y entrer, à peine je passais sous le premier arbre qu’une pomme me tomba en plein sur le crâne, et pas doucement en plus de ça. J’avançai malgré tout mais je n’allais pas aller bien loin, puisque qu’au troisième arbre que je prends c’est tout un nid plein d’œufs qui me tombe sur la tête. Une fois OK, deux fois, c’est une coïncidence, mais trois ça commence à faire beaucoup… sauf que bien sûr, ce n’est pas trois mais quatre d’un coup, puisque après le nid et sa douche à l’œuf, voila que le piaf qui le gardait me chargea me picorant la tête à tout va. Je fini tant bien que mal à m’en débarrasser juste a temps pour m’arrêter et ne pas trébucher sur une racine qui passait malencontreusement par là.

- Et galère… Bon aller c’est quoi maintenant la suite du programme ? C’est le ciel qui me tombe sur la tête ? T’as vraiment décidé de me ruiner la vie toi hein ? Oui c’est à toi que je parle la statue. Et voila en plus de ça je parle à un truc en pierre. Bon remarque elle ne m’entend peut être pas mais à coup sûr qu’elle est derrière tout ça et qu’elle comprend très bien la situation dans laquelle je me trouve.


Bon maintenant que j’avais l’objet qui attire tous les malheurs de monde sur soi, je n’étais pas près de réussir quoi que ce soit, mais parce que les choses sont parfois bien faites, pas sûr que cette malédiction s’attendait à tomber sur l’homme le plus têtu de la cité, du coup elle avait peut être autant de malchance que moi maintenant.
Toutefois préfèrent ne pas tenter le destin, je ne bougea plus et préféra appeler mon compère plutôt que d’aller le chercher. Après quelque instant, il arriva tranquillement mais stoppa net à quelques mètres de moi, comme paralysé par quelque chose et il se mit à gronder. Encore un coup de la statuette.

- Ouais ça va tu ne va pas t’y mettre aussi… Aller viens donc ici, elle va rien te faire. C’est moi qui l’ai et c’est à moi qu’elle donne tous les ennuis du monde.


Orn hésita un instant avança légèrement avant de faire un bond en arrière.

- Tsss forcement si t’en a peur à ce point… bon bah j’ai compris je vais trouver un moyen de m’en débarrasser seul, tu peux y aller on se retrouve plus tard.


Enfin plus tard, à supposer qu’il y a bien un moyen pour s’en débarrasser. Nan dans ces conditions il faut penser positif, il y a forcement un moyen, il y en a forcement un, et s'il y en a un l’endroit le plus pertinent pour qu’il y soit c’est… au temple de Télara forcément. C’est probablement le seul endroit où je pouvais trouver des écrits sur des malédictions aussi mineures soient-elles.

Malgré une quantité tout à fait obscène de malheurs plus stupides les uns que les autres allant de la baffe malencontreuse du type qui fait de trop grands mouvements au traditionnel pot de fleurs qui tombe de la fenêtre, j'ai parcouru la cité jusqu'au temple sans trop d’égratignures. Maintenant il me fallait entrer sans montrer la statuette au risque de ne pas pouvoir passer et me faire pourchasser. Mais encore fallait-il que j’arrive à passer l’enceinte du temple car a ma première tentative je me pris en plein nez un mur invisible sans savoir pourquoi. J’essayai une seconde fois plus doucement et en tendant le bras pour éviter de me manger une second fois ce mur, mais tout se passa bien, enfin jusqu'à la main tenant la statue. Celle-ci refusa catégoriquement d’avancer et je faillis me déboiter l’épaule qui craqua assez bruyamment. Je fixai la statuette d’un air mécontent. J’étais en train de passer pour un pitre qui fait du mime devant le temple de la déesse. Malgré tout à force de persévérance, les protections du temple, car je ne pensais absolument pas que c’était la statuette qui le voulait, finit par me laisser passer. Je cachais du mieux possible l’objet et parcouru les rayons de livres que possédait le temple. Voyant que je ne trouvais pas ce que je voulais un membre du personnel arriva pour m’aider. Je lui expliquai le problème, comme quoi un ami avait trouvé une statuette maudite etc. et malheureusement pour moi il m’expliqua que le livre qui aurait pu m’aider se trouvait dans une partie si ancienne que les personnes pouvant, ou plutôt sachant y accéder était les plus haut placés et quelques rares génies à avoir découvert. Je lui fit donc savoir que la chose étant assez important je voulais tenter le coup de trouver cette zone et donc qu’il me passe les indices pour y accéder. Il me remit un livre en me disant que la marche à suivre se trouver quelque part dedans. Après quelques minutes et son aide je trouvais le passage qui en parlait.

- Bon alors voyons ce que ça dit : «  Pour accéder à la salle secrète où sont entreposés de très anciens textes sur les magies et malédictions de ce monde il faut, trouver la clef qui permet d’ouvrir la troisième porte à gauche au deuxième étage de l’aile sud du temple afin de récupérer une seconde clef qui permet d’ouvrir la porte qui donne sur l’escalier qui descend dans les catacombes afin de trouver sous une pierre l’émeraude qu’il faut replacer dans la main droite de la statue de Télara afin de déverrouiller la porte dérobée dans le mur du hall des inquisiteurs pour ensuite actionner le levier qui ouvre la trappe de la coupole en haut de laquelle se trouve le levier pour accéder au puits et une corde pour y descendre afin de trouver l’interrupteur qui… »

Je refermai d’un coup sec le livre pour ne pas tomber plus bas dans la bêtise de celui qui a écrit ces pages et je demandai plutôt à l’homme qui se trouvait à côté de moi de m’indiquer la section des textes sur les malédictions qu’il n’y avait pas dans cette soit disant salle secrète qui n’existe pas. Il me l’indiqua et me laissa seul pour la suite. Je fini par trouver un livre intéressant, le livre des malédictions mineures et par chance, les malédictions pot de colle et celle qui apportent la malchance y étaient répertoriées. Je feuilletai les pages en silence espérant trouver exactement ce qu’il me fallait. Machinalement, la main tenant la statue étant encombrée, j’essayai de poser l’objet sur la table. Ce que je venais de pas faire… je n’étais pas seul dans les lieux et à peine avais-je sorti la main tenant la statue que quelqu’un prévînt les gardes et l’inquisition. Dans le même temps je venais de trouver ce que je cherchais et la solution était simple, il suffisait soit d’arriver à intercaler quelque chose entre soi et l’objet, en s’assurant que la chose intercalée ne colle pas elle-même à la l’objet sinon la malédiction passe au travers de la chose intercalée. Une autre solution était de résister à la malédiction pour contrôler l’objet et non plus l’inverse.

Je refermai rapidement le livre et le rangea avant de déguerpir en quatrième vitesse. Et il était temps déjà trois inquisiteurs se pressaient derrière moi. Je filai jusqu'à l’homme de tout à l’heure et lui dit que tout d’un coup l’énigme m’intéressait de nouveau et s'il savait où se trouvait la clef de cette salle au deuxième. Il me la passa volontiers et je repartis en trombe sans qu’il ne comprenne ce qu’il venait de se passer. Les inquisiteurs toujours à mes trousses, je les emmenai jusque dans cette fameuse salle où je leur fis face… pour mieux leur faire faux bond en esquivant leur attaque et en refermant sur eux la porte qu’ils se mangèrent bien goulument au vu du boum que ça à produit. Je verrouillai la porte à double tour, cachai de nouveau la statuette et repris mon chemin tranquillement en faisant danser la clef dans ma main. Au même moment trois autres inquisiteurs arrivèrent à l’étage et je les dépassai en politesse comme si de rien n’était.

- Messieurs bonjour !

Je comptai jusqu'à trois le temps qu’ils comprennent que c’était moi qu’ils cherchaient et je me remis à courir comme un dératé en direction de l’escalier qui mène à la cave. Une fois devant j’allumai la lumière et descendit en bas où ce trouvait un autre interrupteur pour la lumière. J’attendis donc que mes poursuivants arrivent et s’engagent dans l’escalier à leur tour. Une fois tout le monde dessus j’éteignis la lumière et tous se cassèrent la figure. Je passai la seconde porte donnant sur les catacombes et la bloquai avec un tas de ce qui me passait sous la main, puis commença à chercher cette émeraude. Je mis quelques minutes pour la trouver temps pendant lequel les inquisiteurs essayèrent d’enfoncer la porte qui tînt bon. Je débloquai la porte et m’écartai rapidement pour laisser passer une colonne d’hommes étonnés que d’un coup la porte cède sans aucune résistance. Les trois gusses s’affalèrent sur le sol le temps pour moi de remonter l’escalier et de répéter la chute dans l’escalier. Puis je plaçai l’émeraude comme indiquer dans la main droite de la statue de Télara, je n’avais pas eu de mal à deviner qu’elle était la bonne statue, celle sous la coupole. Je courus ensuite jusque dans le hall des inquisiteurs où certains étaient en train de comprendre comment une porte était apparue de leur mur. L’un d’eux actionna le levier qui se trouvait derrière pour moi et je fis donc demi-tour avant qu’il ne me voit. Le couloir étant étroit je dus passer en force entre mes trois autres poursuivants, la statuette bien en avant, histoire de les faire s’écarter au risque d’être touchés par la malédiction.
Je pris la direction de la coupole, je passai par la trappe qui venait de s’ouvrir et pris la corde qui se trouvait effectivement là, mais pas de levier par contre, comme quoi l’architecte avait visiblement bien fait une blague. J’ouvris l’un des vitraux de la coupole, une chance qu’il puisse s’ouvrir si on a besoin de les réparer, j’attachai la corde quelque part dans la salle la jeta par la fenêtre et me mis sur la corniche accessible juste au dessus pour éviter d’être vu. Effectivement les inquisiteurs virent la corde regardèrent en bas et redescendirent pour me chercher dans l’enceinte extérieur. Je pus donc sortir discrètement en laissant au passage sur le comptoir la clef que m’avait passé l’homme du début. Une fois hors du temple je retournai dans les champs pour réfléchir à comment retirer cette maudite statuette.

Je vis que la statuette n’était pas sorti indemne de cette course poursuite et commençait à se fissurer. Pas si solide que ça la statue finalement. Je n’avais rien à intercaler et je n’aller pas passer un temps fou a essayer de prendre le dessus sur la malédiction déjà qui avec toute la malchance que j’ai à cause de ça j’ai encore faillis y laisser la peau pendant la traversée de la ville… voyant donc qu’elle était fragile je commençais à la frapper de toutes mes forces contre une pierre. Les fissures s’agrandirent et le tout fini par casser. Entre temps la statuette avait fait en sorte de m’attirer toutes les poisses possibles au même moment pour ne pas être brisée. Mais contrairement à ce que j’avais pensé ce n’était qu’une gangue de pierre autour d’une statuette en bois. La pierre ne retenant plus la statuette, celle-ci tomba par terre avant d’avoir pu se rattacher de nouveau à moi. Je venais d’être libéré et je me sentais bien mieux d’un coup. Je creusai ensuite un trou sous un arbre pour placer la statuette entre les racines, de cette façon quand l’arbre grandira la statuette sera coincée dans le bois et quasiment impossible à extraire. Plus personne ne se ferait avoir par tout ça.

-Bon… c’est pas trop tôt, il ne me restera plus qu’a faire profil bas avec l’inquisition et tout sera comme avant. J‘ai bien mérité une petite sieste moi. Bonne sieste la compagnie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Déesse aux Trois Visages


Messages : 10
XP : 10
Ici depuis le : 05/09/2013

MessageSujet: Re: [Quête] La statuette maudite   Mer 16 Oct - 12:32


Quête Validée


► Statue Porte-Bonheur ajoutée à l'inventaire ◄
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

[Quête] La statuette maudite

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Garadvishu, l'épée maudite [LIBRE]
» hermès, plusieur millier d'année dans une statuette pour découvrir un monde, où, la sécurité n'a pas changé...
» STATUETTE DE LA DÉESSE ROME
» Statues d'Indiens
» [TUTO] Peindre un cauchemar ailé par Asmo.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Duerena, les Roses de Sablovent :: Shi-Telara :: Midalys la Basse :: Culture-