Là où rêve et espoir sont brisés.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Trainée d'ombre chez les esclavagistes [SOLO / BG Perso]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

JOURNAL DE VOYAGE

Alliance : Rebelle.
Capacité & Magie:
Relations :

Masque d'Os


Messages : 46
XP : 138
Ici depuis le : 27/10/2013

MessageSujet: Trainée d'ombre chez les esclavagistes [SOLO / BG Perso]   Jeu 16 Jan - 15:23

----------

Tu laisses derrière toi ton fidèle compagnon, ce dernier est allongé, la gueule enfouit dans ses pattes avants, il gémit tandis que d'un œil inquiet il t'observe disparaître dans les tunnels nauséabonds des égouts, à ses côtés siègent ton amis d'enfance et son père, ils te regardèrent abstraitement t'enfoncer vers ton destin, incertains.

Derrière toi tu ne laissera qu'une vague traînée de poussière, tu avances fébrilement vers ton objectif, les jambes chancelantes, le cœur battant, martelé par de sombres desseins.

En tête tu n'émets pas la moindre envie de vivre, tu n'exaltes qu'à l'idée de réussir, la mort est envisageable, l'échec ne l'est pas.

Et tu te hisses au delà cette plaque d’égout, tu quittes les Ghettos avec amertume et tu es prêt, ton esprit s'accorde à dire que ce soir sera le plus beau meurtre de ton existence, ton corps n'attends plus que la mort.

Tu le sens, tu le sais, cette poussière que tu traînes derrière toi n'est pas la crasse accumulée au fil de ces années, ce n'est que la raison et la foi qui te quittent, ne restera de toi qu'un amas de colère et de chaire.

Ce soir tu vas mourir et tu le sais.
Tu en es fière et satisfait.

Tu n'es déjà plus que l'ombre de toi-même.
Tu n'es plus qu'un monstre enveloppé dans ce corps qui n'est plus le tient.


----------

C'est un être enveloppé dans de beaux tissus colorés qui s'avance calmement dans les rues d'Alabrena la Haute, le crépuscule fait lentement son apparition, le soleil se couche et la lune prend alors place dans ce décor poétique. La silhouette est masquée, le visage cachée par un artefact coloré et exotique, des couleurs disposées ça et là en une multitude de tâches spectrales, du vert, du rouge, de l'orange, du jaune, il va s'en dire que cet homme, vêtu de beaux vêtements qui sentent encore le neuf, s'est fait présentable pour une si belle soirée.

" Monsieur ! "

L'être s'arrête lentement, le visage baissé, il reste silencieux et se tourne calmement vers ce qui ressemble à un petit groupe de garde qui se présente désormais à quelques centimètres de lui.

" Monsieur, pouvons-nous connaître la raison de votre promenade nocturne ?
- Je me rends au manoir Vandril, je suis invité au bal.
- Il me semble qu'il a déjà commencé voilà quelques longues minutes.
- Alors excusez mon retard, je viens de loin, de Duerena.
- Duerena ? Cela m’étonne, sous quel nom êtes-vous invité ? Lâcha le garde en chef avec méfiance.
- Balthazar. Je suis Pheres, le fils du baron Varek Balthazar.
- Pheres Balthazar ? C'est impossible, nous avons appris il y a de ça quelques années que le fils Balthazar s'était émancipé lui-même de son titre de noblesse et qu'il avait rejoint une bande de criminel du désert. Vous mentez.
- C'est faux, cracha l'homme au masque en croisant assurément les bras, je suis Pheres Balthazar, fils du baron Varek, ici comme à Duerena les nobles se tirent dans les pattes, vous avez eu vent d'une fausse rumeur visant à souiller l'honneur de mon nom, j'ai une invitation. "

L'homme au masque tendit un parchemin au garde et ce dernier s'en saisit. La tension était presque palpable, cette invitation étant assurément une pâle copie.
Les minutes passèrent et le garde tendit à nouveau le papier à l'homme masqué.

" Bien, cela me semble correct, laissez-nous vous accompagner jusqu'au manoir. " l'homme hocha calmement la tête et emboîta presque aussitôt le pas aux gardes.

__________

Dans l'avenue résonnaient déjà les mélodies mielleuses et éphémères d'un piano et de plusieurs autres instruments à cordes, on entendait distinctement les rires étouffés de gens qui s'amusaient avec retenue, mais déjà l'escorte se stoppa devant le portail de la demeure, devant une garde assurée et étonnamment nombreuse.

Un homme, ayant l'apparence d'un mercenaire peu commode, tendit la main et demanda d'une voix monocorde.

" Invitation s'il vous plaît. "

L'homme au masque tendit son vieux parchemin et le garde s'en saisit avant de lui retendre rapidement et de vérifier sur une liste que lui tendit un autre garde.

" Balthazar.. Votre nom n'est pas indiqué sur la liste des invités, d'autant plus.. Pheres Balthazar ? Cela m’étonnerai fort, le p'tit de Varek s'est..
- Au risque de me répéter, ce ne sont que de fausses rumeurs. Je suis Pheres Balthazar et si vous voulez vérifier nous pouvons toujours nous rendre à Duerena et demander à mon père... Je ne suis pas sur la liste car je n'ai pas répondu à la missive d'invitation, de nombreuses affaires de nobles ébranlent actuellement Duerena et ils nous est impossible de faire parvenir des lettres jusqu'à Shi-Telara.
- Il faut avouer qu'il est rare de voir des nobles de Duerena répondre à une demande d'invitation.. Bien, entrez, mais je vous rassure, je mène l'enquête et les gardes vous auront à l’œil, j'ai tendance à me méfier de l'exotisme.. "

Derrière son masque l'homme se mit à sourire avant d’exécuter une petite révérence de remerciement et de s'avancer hâtivement vers le manoir...

-------
Plus de parfum que de raison, quand tu ouvres ces portes et que tu te présentes en haut de ces marches, les regards se tournent alors vers toi, la musique semble voleter éternellement dans les airs, la foule masquée et vêtue de belles parures semble te foudroyer d'un regard de concurrence et de jalousie, l'exotisme de tes vêtements et de ton masque attirent l'attention, mais ton attention à toi est tout autre.

Au pieds des escaliers qui conduisent aux étages supérieurs, à l'autre bout de la grande salle d’accueil joliment décorée, se dessine une silhouette bien en chaire, confortablement assise sur son fauteuil, cette masse t'es familière, son visage étant barré d'un cache œil en soie.

Tu n'as que faire du regard des autres, sans t'en rendre compte tu as déjà dévalé les marches de la grande porte d'entrée, tu es déjà à mi-chemin de cette silhouette, la main porté à ton ceinturon, s'apprêtant à défourrée une dague déjà bien aiguisée. Au côté de ta cible se dresse le spectre d'un passé douloureux, tu crois deviner les courbes d'un proche, tu imagines ta tendre mère aux côtés de ta cible, elle te regarde, attristée par ce que tu es devenu.

Tu ne réfléchis plus, à mi-parcours tu revois les scènes de ton passé, si ton masque n'était pas collé à ton visage, pour sûr que tu aurai l'apparence d'un chien enragé, tu rêve de choses horribles, tes pensées se tournent vers de noirs desseins, tu t'imagines l'éventrer, mettre le feu à son visage, pareil à un animal tu te vois barboter dans son sang, tu te vois voué au cannibalisme et à l'horreur même que pourrai t'offrir la satisfaction de répandre ses tripes sur le sol richement tapissé.

Dans tes rêves tu vois cette pièce plongée dans l'ombre, dans tes désirs tu rêves à retapisser le marbre de ces murs de tout le sang qui sera à ta portée.

Tu grognes.


-------

Une main sort de la foule et attrape l'être dans sa course, l'obligeant à s'arrêter et à faire volte face à une silhouette élancée, à demi masquée par un artefact blanc.

" Votre masque.. " lâcha la jeune femme en caressant le masque coloré du Duerenien. Personne ne semble avoir remarqué l'élan de haine que l'homme avait laissé déborder de sa chaire et ce dernier tente alors de retrouver son calme.

" De telles couleurs... Vous nous venez de Duerena, n'est-ce pas ? "

Commence alors une longue soirée...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

JOURNAL DE VOYAGE

Alliance : Rebelle.
Capacité & Magie:
Relations :

Masque d'Os


Messages : 46
XP : 138
Ici depuis le : 27/10/2013

MessageSujet: [2/4] ça va couper.   Ven 17 Jan - 16:32

" Vos tissus, que de belles couleurs, comme cela est bien accordé! Vous faites honneur à la noblesse Duerenienne, je me trompe ? " la jeune femme, à la chevelure blonde brillante, toisait de ses yeux verts le jeune garçon, le regard emplit d'admiration, elle caressait même d'une main délicate la joue masquée de l'homme.

J'ai longuement hésité à faire d'elle ma première victime, elle qui avait osé m'arrêter dans l’exécution de ma haine, mais je me suis rapidement ravisé et j'ai affiché mon plus beau regard pour satisfaire sa curiosité..

" Vous savez, je ne suis que l'enfant d'un humble baron d'Eäthien, mais j'ai entre autre pu me libérer l'espace de quelques jours pour me rendre ici, à Shi-Telara et profiter des joies de vos rassemblements. Répondit-il d'un ton apaisé et sympathique.
- Comme c'est réjouissant ! Je suis la fille du Compte Maskovitch, un tout petit nom à Shi-Telara, mais j’essaie de plaire aux gens du mieux que je peux pour satisfaire les demandes de ma famille. Vous êtes venu en compagnie du Baron Makievir, il est arrivé voilà quelques jours de Duerena, je suppose que vous avez fait le trajet ensemble, quel genre d'homme est-ce ? Il est assez silencieux.. "

Le garçon sembla se décomposer de l'intérieur en apprenant la présence d'un noble de Duerena, sa couverture étant alors compromise il ne devait pas rester plus d'une heure avant que les soupçons, déjà émis, ne soient définitivement confirmés.

" Et bien je n'étais même pas au courant de sa présence, je ne saurai en dire davantage sur lui et sa famille, où est-il ? La jeune femme haussa les épaules et porta sa coupe de cocktail à ses lèvres avant de reprendre d'une voix malicieuse et enjouée.
- Et bien il me semble qu'il est à l'étage en compagnie d'autres nobles, pour affaire ou bien.. frivolités, si vous voyez ce que je veux dire.. Il prétend que les esclaves de Dame Vandrill ne sont pas si efficaces que cela et pourtant sa réputation n'a pas ternit depuis toutes ces années.. On prétend même que les esclaves que vend Dame Vandrill sont les plus chers en ce monde ! Ce n'est certainement pas pour rien, comme ils sont bien dressés, vous ne trouvez pas ?
- Certes.. Mais je ne prétends pas m'y connaître assez bien en serviteurs, je préfère mon indépendance, voyez-vous. Répondit sèchement le garçon.
- Vraiment ? Quelle originalité! ahah.. Comme vous-êtes charmants monsieur..
- Balthazar, reprit le duerenien en jetant un regard par dessus son épaule, je crains de ne devoir vous abandonner madame, le voyage m'a grandement creusé et je suis impatient d'en venir au buffet.
- A votre aise Balthazar. "

A ces mots l'infiltré pivota sur ses talons et reprit le cours de sa trajectoire, mais Vandrill n'était plus assise sur sa grosse chaise à pierre précieuse, non, elle gravissait les escaliers menant aux étages en compagnie d'invités et de quelques esclaves. Ne sachant pas comment l'atteindre avec efficacité le garçon pressa néanmoins le pas, écartant d'un bras assurément nerveux les nobles badauds qui lui barraient inconsciemment la route, ces derniers grommelaient, mais reprenaient presque aussitôt leurs conversations.

" 'Tion M'sieur.. Quelque chose heurta sensiblement la jambe de l'infiltré, trop occupé à regarder le haut des escaliers, il baissa machinalement la tête et découvrit avec surprise un gamin aux oreilles félines et au visage fin, qui était étalé sur le tapis brodé, un service anciennement plein de coupe et de mets destinés aux invités étalés ça et là sur le sol.
- Merde.. Excuse moi bonhomme, reprit le duerenien en s’accroupissant et en remettant sur pied le gamin, rien de cassé ?
- Sii.. mon plateau m'sieur! Baboum vas m'fouetter! " le gamin barra sa bouche de ses deux mains, affichant un visage de regret, mais la punition arriva bien plus vite qu'il ne l'attendait et par la main d'un homme, avoisinant la scène, qui se pencha légèrement pour frapper l'arrière de la tête de l'Ath qui se mit à gémir aussitôt.
" Je l'avais bien dit! Des bons à rien ces p'tits esclaves.. Dame Vandril n'a pas la main assez ferme sur ses rejetons, reprit l'homme, vêtu de parures colorés, cet homme s'empressa de tirailler l'oreille du gamin qui ne cessait plus de sangloter. "

C'est alors que la foule s'écarta, dévoilant devant les yeux de l'infiltré la large silhouette d'une femme à l'âge assez avancé et à au cache œil doré, cette femme étant solidement cerné par deux mercenaires qui garantissaient sans doute sa protection.

" Encore toi ?! Excusez la maladresse de cet avorton, j'ai longtemps hésité à le revendre, mais je crois que mon choix est désormais fait. La grosse dame, qui n'était autre que Vandrill, se pencha en avant et gifla avec fermeté la joue empourprée du bambin. Les discutions alentours cessèrent presque aussitôt, l'orchestre en fit de même.
- Maladresse ? Vous plaisantez dame Vandrill ? Cette merde à délibérément renversée son plateau sur les parures de mon compatriote Duerenien! Je vois avec quelle fermeté vous dressez cette sale race..
- Non c'faut! T'es un gros menteur ! "

Aussitôt que le gamin cracha son venin une seconde gifle s’abattit sur lui, puis une deuxième, forçant le gamin à plier les genoux, à cacher son visage larmoyants entre ses mains, mais la maîtresse de maison n'en avait pas terminé avec lui, elle souleva légèrement le bambin par l'oreille et serra dans sa main la queue du jeune Ath, le bout de la queue étant pansée par un bandage ensanglanté.

" Tu sais ce qui arrive quand on fait des bêtises petite merde ?! s'écria t-elle en écrasant dans le creux de sa main le bout de queue du gamin, le visage empourpré de colère.
- Noon.. c'est le monsieur, il m'a foncé dessus! J'le jure!
- Vraiment ? Monsieur..
- Balthazar.. Et bien.. le gamin jetait un regard abattu à l'infiltré, ce dernier n'osait pas regarder l'enfant dans les yeux et hocha tristement dans la tête. Il m'a carrément balancé le plateau dessus. Le gamin resta figé par ce mensonge et aussitôt dit Vandrill battu l'hybride devant les yeux de tout le monde.

Rien ne devait entraver mon objectif.. J'étais prêt à encourir n'importe quelle horreur, même sur mes semblables, pour assouvir ma vengeance. Je voyais le spectre qui m'était si familier, l'esprit de ma mère qui me jetait un regard assassin, mais je n'avais pas le choix, le gamin devait en pâtir pour être vengé...


L'enfant, à demi conscient, fut traîné vers une porte latérale, une porte que connaissait bien l'infiltré.

" Les Duereniens, suivez-moi, je vais vous faire passer l'envie de douter de notre capacité à dresser ces animaux, lâcha sombrement Vandrill, cette dernière se tourna malgré tout vers la foule de nobliaux et esquissa un faux sourire. Ne vous attardez pas sur un si petit incident, fêtez! Vous êtes là pour ça, non ?! "

Et les conversations reprirent aussi sec, l'orchestre se remit à jouer, comme si de rien n'avait été.

__________

En vérité, le noble de Duerena n'était pas à l'étage, il était là..


Le couloir du cachot, toujours aussi froid et mal éclairé. L'infiltré était resté en retrait, suivant lentement le petit groupe , assumant tristement le regard larmoyant de l'Ath qui ne cessait de se débattre, l'enfant étant fermement traîné au sol par les deux mercenaires.

Le noble Duerenien avait fait part de sa surprise quand à la présence de l'autre Duerenien qui répondait au nom de Balthazar, mais la maîtresse avait balayé ces doutes en jugeant qu'il y avait des choses bien plus importantes à traiter.

Finalement la petite troupe passa devant de nombreuses cages où étaient enfermés les quelques Ath renégats et la 'nouvelle marchandise' comme l'avait si bien précisé Vandrill. Ils s'arrêtèrent finalement dans une cellule vide où les deux mercenaires maintenaient avec fermeté le garçonnet contre le mur tandis que Vandril se saisit de la queue du gamin et brandit une dague courbée.

" C'est de cette manière que l'on apprend à obéir! " lâcha t-elle sombrement avant d’abattre la dague dans un râle colérique.


Dernière édition par Jacinto Artyom le Lun 20 Jan - 15:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

JOURNAL DE VOYAGE

Alliance : Rebelle.
Capacité & Magie:
Relations :

Masque d'Os


Messages : 46
XP : 138
Ici depuis le : 27/10/2013

MessageSujet: [3/4]   Lun 20 Jan - 15:47

Dans l’indifférence des exécutants l'enfant se débattait, mais ses hurlements ne parvinrent pas à entacher la fête qui été donnée dans le manoir, la fête battait bien trop son plein et l'orchestre s'adonnait à de si belles mélodies...

Les bras de l'enfant étaient lacérés par les deux mercenaires qui maintenaient l'hybride contre le mur, le noble Duerenien regardait la scène, même si son visage était masqué on devinait dans son regard une forte excitation et un sentiment de supériorité infini, les Aths enfermés se jetaient contre les barreaux de leurs cellules et observaient la scène, impuissants, tandis que la maîtresse de maison élançait son bras pour trancher la queue du gamin à l'aide de sa dague scintillante.

C'est pourtant avec une étonnante rapidité que son bras se brisa nettement sous le tibia élancé de l'imposteur, Vandrill hurla, laissant la dague lui échapper, elle alla ensuite se coller avec horreur dans le fond de la cellule, posant un regard terrorisé sur l'infiltré qui s'était élancé, ayant rattrapé à la volée la dague lâchée, elle regardait son corps, sa masse lancée avec force dans sa direction, la dague pointée dans sa direction..

L'un des mercenaire relâcha alors l'étreinte exercée sur le gamin pour stopper le renégat dans sa lancée, permettant à Vandrill d'échapper à son sort, la maîtresse quitta la cellule en hurlant, se maintenant le bras orienté dans une position improbable..

L'orchestre se stoppa, les rires et les conversations cessèrent presque aussitôt.
Bientôt on entendrai le hurlement paniqué d'une foule qui se presserait aux portes du manoir pour s'en échapper.
Mais c'était sans compter sur la garde qui tentait de se frayer un chemin jusque l'intérieur du manoir pour agir en conséquence..
Un véritable embouteillage.


L'enfant bascula sur son dernier tortionnaire pour le pousser avec rage contre les barreaux de la cellule voisine où deux Ath passèrent leurs bras pour étrangler le mercenaire. Le Noble Duerenien tenta de prendre la fuite, mais en vain, la cellule étant trop étroite il ne pu se résoudre à la quitter, regardant, impuissant, le corps ensanglanté du mercenaire à la gorge tranchée s'effondrer sur le sol.

L'imposteur retira son masque et l'accrocha à son ceinturon, posant un regard haineux sur le noble, accaparé au fond de la cellule.

" Je m'appelle Jacinto, pilleur des sables et ami de Pheres. Je suis un Ath et vous allez mourir, vous apprendrez à détester notre race pour une bonne raison. "  

A ces mots le noble n'eut le temps de rien, la dague traversa l'air, tournoyante et sifflante, la lame vint alors se ficher dans la jugulaire du noble qui tomba à genoux, laissant un geyser de sang maculer les murs de pierre, tâchant avec poésie les nobles habits de l'imposteur.

__________

Le massacre pouvait enfin commencer...
Les nobliaux se pressaient aux portes du manoir pour en sortir, la garde peinait à y entrer pour agir.
Ils hurlaient, ordonnaient, mais rien n'y faisait, tous avaient perdu la raison, les serviteurs, abandonnés à leur service au beau milieu de la fête, n'y comprenaient plus rien et pour cause, Vandril s'extirpa du cachot, le bras à l'envers, elle titubait sous les coups de la panique.


__________
" Ce n'est pas en esclave que vous devez vivre.. " soufflait amèrement Artyom en crochetant la serrure d'une cellule. " prenez les armes des deux mercenaires ou utilisez votre Karenya... Battez-vous, vengez-vous, mourrez, mais faites passer votre message, ne restez pas dans l'ombre, gagnez votre liberté. "

La porte de la cellule s'entre-ouvrit et trois hommes s'en échappèrent en gratifiant l'imposteur d'un hochement de tête reconnaissant. Artyom se pressa vers une autre cellule et entreprit la même manœuvre.

" Cette nuit est un soir de sang et de promesses.. Vous êtes libre de partir ou de vous battre, libre à vous de choisir. Mais si vous restez, laissez-moi la grosse dame qui boite et par pitié.. " le garçon releva la tête en souriant. " Brûlez moi cet endroit. "

La cage s'ouvrit, laissant une nouvelle fois les prisonniers s'échapper, ces derniers s'échauffaient et se préparaient à agir.

Le gamin, qui avait écoutait l'imposteur, tira sur son long manteau et le regarda avec insistance.

" Tu m'dois des excuses m'sieur..
- Plus tard gamin..
- Nan maint'nant, à cause de ton mensonge j'ai failli être puni. "

A ces mots l'homme s'agenouilla et regarda sincèrement l'enfant en posant ses mains sur les épaules du jeune Ath.

" Puni n'est pas le mot p'tit gars, injustement réprimandé conviendrai mieux.
- S'pareil. S'indigna le gamin en fronçant les sourcils.
- Avec le temps tu apprendra la valeur des mots.. En attendant va t'en.
- Tu vas tuer Baboum ? "

L'imposteur resta silencieux, mais hocha fortement la tête en donnant une petite tape amicale dans le dos du gamin.

La troupe d'une dizaine de rebelle s'élança alors dans les escaliers en colimaçons qui menaient à la réception, là où la noblesse s’agglutinait encore aux portes et là où la garde peinait encore et toujours à se frayer un chemin.

Déterminés et armés pour certains, cette dizaine de damnés se présenterai bientôt devant cet attroupement décimé par la panique.

__________

Un silence pesant régnait maintenant dans la salle, tous les visages se tournèrent avec inquiétude vers cette petite troupe qui s'était amassée devant la porte des cachots. La grosse Vandril restait incrédule devant le soulèvement de sa si précieuse marchandise qui osait maintenant brandir armes et colères dans sa direction. La maîtresse s'arrêta alors au visage d'Artyom, ce dernier, étant à moitié mangé par une masse noirâtre et déformé par un sourire malsain. Un rebelle se laissa pourtant submerger par la colère, brisant de ce fait le silence établit, laissant à nouveau la terreur et l'anarchie ébranler la foule.

" MASSACRE !! "

Et les hurlements reprirent aussitôt, la troupe s'élança, épargnant comme exigé la grosse Vandrill qui était tombée de désespoir, implorant le salut d'une déesse qui l'avait déjà abandonnée.

Artyom s'avançait calmement, amenant avec lui un tapis d'ombre incontrôlable, laissant rouler entre ses doigts la si précieuse dague, les ombres aux alentours étaient aspirés vers lui, formant un lien inarrachable entre le destin de chacun et sa propre volonté.  

Les étages se vidèrent, les gens accouraient ça et là, cherchant à s'éloigner le plus possible de cet incontrôlable chaos. Les serviteurs se rebellaient à leur tour, usant de leur Karenya ou des ustensiles disposés sur les tables pour assouvir leur propre vengeance...

Le sang se répandait, la troupe ayant balayé un grand nombre de ces nobles dans sa funeste charge.

" J'ai toujours était une maîtresse attentionnée !! J'ai été gentille avec vous! Je vous ai nourris et logé!!
- Nous ne sommes pas des serviteurs!! " Et le couperet tomba et cet Ath passa à une autre victime, enjambant sa dernière cible et la laissant s’étouffer dans son propre sang. C'était le genre de supplication qu'on entendait le plus en cette fin de soirée...

Les morts qui jonchaient maintenant le sol laissaient un peu plus d'espace à la garde qui croiserai bientôt le fer avec ces rebelles qui n'en finissaient plus d'achever les agonisants.

" J'aurai dû t'égorger quand j'ai tranchée la tête de ta pauvre mère.. " sanglota Vandril, le visage déformé par la peur. Artyom continuait de s'avancer et à mesure qu'il se rapprochait de Vandril son visage se noircissait. " Ce n'est que votre destin, la persécution, c'est comme ça, vous avez été crée pour ça! " cracha t-elle alors que le garçon s'abaissa à son niveau pour plonger lentement sa dague dans la poitrine de Vandril qui semblait déjà s’étouffer dans son sang.

A ce geste le corps d'Artyom se couvrit entièrement de cette masse noirâtre, de ces ombres, laissant aussi le corps encore en vie de Vandril se faire à son tour envelopper par cette sombre brume.

Sous l'accablant tintamarre que générait les combats dans la grande salle se hissait au plus haut point de l'horreur le cris de Vandrill, elle hurlait, la masse noire squameuse où elle était enveloppait s'agitait, elle agonisait, pleurait de toute ses forces, elle implorait qu'on l'achève dans l'immédiat, que cela cesse enfin. Et la masse noirâtre s'agita brièvement.

Le dernier cris de Vandrill s'estompa avec un craquement de cervicale et la masse se retira de son corps pour retourner joncher les pas d'Artyom, le corps de la dame semblait être brûler à de multiples endroits, sa peau était ecchymosée et son visage déformé..

" Maintenant elle connaît la douleur qui me ronge. "

Les fondations craquaient, la chaleur se faisait grandissante, la colère avait prit le cœur de tous et certains de ces anciens esclaves n'avaient pas hésité à mettre le feu à certains nobles qui par mégarde avaient eux aussi mit le feu aux rideaux, aux meubles et au manoir lui-même..

Rodrick sortit à son tour du cachot et sembla terrorisé par tous ces événements, il se précipita vers Artyom et tira avec force sur son manteau.

" M'sieur! M'sieur faut partir! Les gardes arrivent par grosses vagues! " son regard se posa sur le cadavre purulent de Vandril. " C'est Baboum...? "

Artyom hocha calmement la tête, le regard posé au loin, à ce qui ressemblait pour lui, au spectre d'un lointain passé qui lui faisait ses adieux.

" J'la trouve plus jolie comme ça.. " une nouvelle vague de garde ébranla le combat, certains des rebelles prirent alors la fuite par les fenêtres, les étages supérieurs, tous se repliaient, ils avez gagné leur liberté, mais Artyom et le gamin restèrent aux cotés du tas de cadavre.

" M'sieur, faut y aller là OH! " le garçon tira une dernière fois sur le manteau et l'imposteur tourna aussitôt la tête, attendant que le dernier des rebelles se retire avant de concentrer la masse d'ombre en un mur infranchissable. Sa Karenya n'avait jamais prit une telle forme, mais c'était un fait, il avait déformé les ombres de tout ce qui était éclairé et avait fait en sorte de matérialiser ces ombres pour empêcher l'avancée des gardes, du moins avant que toute vie ne cesse d'habiter son corps puisqu'Artyom fût soudainement frappé par de multiples saignements et d’étourdissements.

L'imposteur entraîna néanmoins l'enfant à sa suite, tous deux gravirent avec hâte les escaliers, le mur d'ombre précédemment crée disparut alors, les ombres reprirent leurs places et la masse de garde s'engouffra dans le manoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Trainée d'ombre chez les esclavagistes [SOLO / BG Perso]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Trainée d'ombre chez les esclavagistes [SOLO / BG Perso]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Les rideaux se lèvent, une ombre se dévoile. |Solo|
» Chauvigny(86) les 4 et 5 octobre, 1500 pts solo
» visite chez le gynéco
» Jean-Bertrand Aristide doit rentrer chez lui !
» L'ombre furtive est là, mais vous ne la voyez pas...[En attente d'autres validations]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Duerena, les Roses de Sablovent :: Shi-Telara :: Alabrena la Haute :: Quartier Résidentiel-